Je veux tout savoir

Max von Laue

Pin
Send
Share
Send


Max Theodore Felix von Laue (Pfaffendorf, près de Coblence, le 9 octobre 1879 - à Berlin, le 24 avril 1960) était un physicien allemand. Il a démontré que les rayons X étaient des ondes électromagnétiques en montrant qu'ils produisaient un motif de diffraction lorsqu'ils traversaient un cristal, de la même manière que le motif présenté par la lumière lorsqu'il passe à travers un réseau de diffraction. Pour cette découverte, il reçut le prix Nobel en 1914. Il résista à la politique de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, bien qu'il ait travaillé sous le régime pendant toute la durée de la guerre.

La vie

Max von Laue est né à Pfaffendorf, près de Coblence, dans ce qui était alors la Prusse, fils de Julius von Laue, un responsable militaire élevé au rang de baron. Le père de Von Laue a beaucoup voyagé, ce qui lui a valu une enfance quelque peu nomade. C'est alors qu'il fréquentait une école protestante à Strassburg que son intérêt pour la science commença à se développer. Il était particulièrement attiré par l'étude de l'optique, et plus particulièrement par la théorie de la lumière par ondes.

En 1898, après avoir passé son Abitur à Strassburg, Laue a entamé son année de service militaire obligatoire, après quoi il a commencé ses études en mathématiques, physique et chimie, en 1899, à l'Université de Strasbourg, à l'Université Georg-August de Göttingen et à l'Université Ludwig Maximilians de Munich (LMU). À Göttingen, il est grandement influencé par les physiciens Woldemar Voigt et Max Abraham et le mathématicien David Hilbert. Après seulement un semestre à Munich, il se rendit à l'Université Friedrich-Wilhelms de Berlin (aujourd'hui: Université Humboldt de Berlin), en 1902. Là, il étudia avec Max Planck, qui donna naissance à la révolution de la théorie quantique le 14 décembre 1900. , lorsqu'il a remis son fameux journal devant la Deutsche Physikalische Gesellschaft.1 2 À Berlin, Laue a assisté à des conférences d'Otto Lummer sur le rayonnement thermique et la spectroscopie d'interférence, dont l'influence est visible dans la thèse de Laue sur les phénomènes d'interférence dans les plaques planes parallèles, pour lequel il a obtenu son doctorat en 1903.3 Par la suite, Laue passa de 1903 à 1905 à Göttingen. Laue a terminé son Habilitation 4 en 1906 sous Arnold Sommerfeld à LMU.5678

Carrière

En 1906, Laue est devenu un Privatdozent à Berlin et un assistant de Planck. Il a également rencontré Albert Einstein pour la première fois; ils sont devenus amis et von Laue a ensuite contribué à l'acceptation et au développement de la théorie de la relativité d'Einstein. Laue resta assistant de Planck jusqu'en 1909. À Berlin, il travailla sur l'application de l'entropie aux champs de rayonnement et sur la signification thermodynamique de la cohérence des ondes lumineuses.6 8 Alors qu'il était encore Privatdozent à la LMU, von Laue épousa Magdalene Degen. Le couple avait deux enfants.8

Découverte de la diffraction des rayons X par des cristaux

De 1909 à 1912, il était un Privatdozent à l'Institut de physique théorique, sous la direction d'Arnold Sommerfeld, à la LMU. Pendant les vacances de Noël de 1911 et en janvier 1912, Paul Peter Ewald achevait la rédaction de sa thèse de doctorat sous Sommerfeld. En janvier, lors d’une promenade dans English Garden à Munich, Ewald a parlé de son sujet de thèse à von Laue. Les longueurs d'onde préoccupantes pour Ewald se trouvaient dans la région visible du spectre et étaient donc beaucoup plus grandes que l'espacement entre les résonateurs dans le modèle cristallin d'Ewald. Von Laue semblait distrait et voulait savoir quel serait l'effet si l'on considérait des longueurs d'ondes beaucoup plus petites. Il savait déjà que la longueur d'onde des rayons X avait été estimée et qu'elle était inférieure à l'espacement estimé des réseaux d'atomes dans les cristaux. Cela ferait des cristaux un outil idéal pour étudier la diffraction des rayons X. Il organisa avec une certaine résistance la réalisation de l'expérience de Paul Knipping et Walter Friedrich, dans laquelle un faisceau de rayons X était dirigé vers un cristal de sulfate de cuivre. Le motif que cela a fait sur un film photographique était compatible avec les motifs de diffraction lorsque la lumière visible passait à travers des réseaux beaucoup plus larges. En juin, Sommerfeld rend compte à la Physikalische Gesellschaft de Göttingen du succès de la diffraction des rayons X réalisée par von Laue, Knipping et Friedrich de LMU, pour laquelle von Laue se verra attribuer le prix Nobel de physique en 1914. La disposition exacte des atomes dans Une variété de cristaux, une question que Laue n'avait pas été en mesure de résoudre complètement, fut bientôt élucidée par William et Lawrence Bragg à l'aide de la diffraction des rayons X. Cette équipe père-fils a reçu le prix Nobel pour ses efforts en 1915.

À Munich, il a écrit le premier volume de son livre sur la relativité de 1910 à 1911.9 1078

En 1912, Laue a été appelé à l'Université de Zurich en tant que professeur de physique extraordinaire. En 1913, son père fut élevé dans les rangs de la noblesse héréditaire. Laue devint alors von Laue.8

Première guerre mondiale

De 1914 à 1919, von Laue a été professeur ordinaire de physique théorique à l’Université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main. À partir de 1916, il travailla au développement des tubes à vide à la Bayerische Julius-Maximilians-Universität Würzburg, pour une utilisation dans la téléphonie militaire et les communications sans fil.76 8

Supraconductivité

En 1919, von Laue fut nommé professeur ordinaire de physique théorique à l'université Humboldt de Berlin, poste qu'il occupa jusqu'en 1943, date à laquelle von Laue fut déclaré émérite, avec son consentement et un an avant l'âge de la retraite obligatoire. En 1919, à l’Université, Walther Nernst, Fritz Haber et James Franck étaient des notables. Von Laue, l'un des organisateurs du colloque hebdomadaire sur la physique à Berlin, était généralement assis au premier rang avec Nernst et Albert Einstein, venus de l'Institut Kaiser-Wilhelm-Institut für Physik (Aujourd'hui: Max-Planck-Institut für Physik ) à Dahlem-Berlin, où il était directeur. Parmi les étudiants remarquables de von Laue à l'université, citons Leó Szilárd, Fritz London, Max Kohler et Erna Weber. En 1921, il publie le deuxième volume de son livre sur la relativité. 7 3 11

En tant que consultant du Physikalisch-Technische Reichsanstalt (Aujourd’hui: Physikalisch-Technische Bundesanstalt), von Laue a rencontré Walther Meissner qui travaillait sur la supraconductivité, la tendance des matériaux à conduire l’électricité avec une faible résistance à très basses températures. Von Laue a montré en 1932 que le seuil du champ magnétique appliqué qui détruit la supraconductivité varie avec la forme du corps. Von Laue a publié un total de 12 articles et un livre sur la supraconductivité. L'un des articles a été co-écrit avec Fritz London et son frère Heinz.12 6 Meissner a publié une biographie sur von Laue en 1960.13

Institut Kaiser Wilhelm

La Kaiser-Wilhelm Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften (aujourd'hui: Max-Planck Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften) a été fondée en 1911. Elle avait pour but de promouvoir les sciences en créant et en maintenant des instituts de recherche. L'un de ces instituts était l'Institut Kaiser-Wilhelm für Physik (KWIP) fondé à Dahlem-Berlin en 1914 sous la direction d'Albert Einstein. Von Laue a été administrateur de l'institut à partir de 1917 et, en 1922, il a été nommé directeur adjoint. Von Laue a alors repris les fonctions administratives d'Einstein. Einstein était en voyage à l'étranger quand Adolf Hitler est devenu chancelier en janvier 1933 et Einstein n'est pas retourné en Allemagne. Von Laue est ensuite devenu directeur par intérim du KWIP, poste qu'il a occupé jusqu'en 1946 ou 1948, à l'exception de la période allant de 1935 à 1939, lorsque Peter Debye en était le directeur. En 1943, pour éviter des pertes au personnel, le KWIP s’installa à Hechingen. C'est à Hechingen que von Laue a écrit son livre sur l'histoire de la physique Geschichte der Physik, qui a finalement été traduit en sept autres langues.14 15 6

La résistance de Von Laue à la Troisième Reich

Le saviez-vous?
Le physicien allemand Max von Laue, lauréat du prix Nobel, a ouvertement résisté à l'anti-juif Deutsche Physik du régime nazi

Von Laue s'opposait au national socialisme en général et à leur Deutsche Physik en particulier - le premier persécutait les juifs en général, et le second, entre autres, dénonçait la théorie de la relativité d'Einstein. Physique juive. Von Laue a secrètement aidé des collègues scientifiques persécutés par la politique nationale-socialiste à émigrer d'Allemagne, mais il s'y est aussi ouvertement opposé. Un discours prononcé le 18 septembre 1933 à l'ouverture de la convention de physique à Würzburg, une opposition à Johannes Stark, une notice nécrologique sur Fritz Haber en 1934 et la participation à une commémoration pour Haber sont des exemples qui illustrent clairement l'opposition courageuse et ouverte de von Laue:

  • Von Laue, en tant que président de la Deutsche Physikalische Gesellschaft, a prononcé le discours d'ouverture de la convention de physique de 1933. Dans ce document, il a comparé la persécution de Galilée et l'oppression de ses vues scientifiques sur la théorie solaire de Copernic avec le conflit et la persécution d'alors de la théorie de la relativité par les partisans de Deutsche Physik, avec les travaux d'Einstein, intitulés "Physique juive . "
  • Johannes Stark, qui a reçu le prix Nobel de physique en 1919 et qui avait tenté de devenir le Führer de la physique allemande, était un partisan de Deutsche Physik. Contre l'avis unanime des personnes consultées, Stark fut nommé président de la Physikalisch-Technische Reichsanstalt en mai 1933. Cependant, von Laue bloqua avec succès l'adhésion régulière de Stark à la Preußische Akademie der Wissenschaften.
  • Haber a reçu le prix Nobel de chimie en 1918. Malgré cela et ses nombreuses autres contributions en Allemagne, il a été contraint d'émigrer d'Allemagne en raison de la loi sur la restauration de la fonction publique professionnelle, qui a retiré les Juifs de leurs emplois. . Notice nécrologique de Von Laue16 féliciter Haber et comparer son émigration forcée à l'expulsion d'Athènes de Thémistocle constituait un affront direct à la politique du national socialisme.
  • En relation avec Haber, Planck et von Laue ont organisé une cérémonie commémorative à Dahlem-Berlin le 29 janvier 1935, jour du premier anniversaire de la mort de Haber. L'assistance à la manifestation de professeurs de la fonction publique avait été expressément interdite par le gouvernement. Alors que de nombreux membres du personnel scientifique et technique étaient représentés sur le mémorial par leurs femmes, von Laue et Wolfgang Heubner étaient les deux seuls professeurs à y assister.17 18 C’était là encore une autre manifestation flagrante de l’opposition de von Laue au national socialisme. La date du premier anniversaire de la mort de Haber était également un jour avant le deuxième anniversaire de la prise du pouvoir par le national-socialisme en Allemagne, renforçant encore l’affront de la tenue de cet événement.

Le discours et la notice nécrologique ont valu au gouvernement von Laue des réprimandes. En outre, en réaction au blocage par von Laue de son statut de membre régulier de la Preußische Akademie der Wissenschaften, Stark, en décembre 1933, Stark avait démissionné de son poste de conseiller auprès du Physikalisch-Technische Reichsanstalt (PTR), poste qu'il occupait depuis. 1925. (Chapitres 4 et 5, dans Walker Science nazie: mythe, vérité et bombe atomique, présente un compte rendu plus détaillé de la lutte de von Laue et de Plank contre le rachat nazi de la Preußischen Akademie der Wissenschaften.19) 12 20 21 22 23

Années d'après-guerre

Le 23 avril 1945, les troupes françaises sont entrées dans Hechingen, suivies le lendemain par un contingent de l'opération Alsos - une opération visant à enquêter sur l'effort nucléaire allemand, à saisir du matériel et à empêcher les scientifiques allemands d'être capturés par les Russes. Le conseiller scientifique de l'opération était le physicien américano-néerlandais Samuel Goudsmit, qui, orné d'un casque en acier, est apparu chez von Laue. Von Laue a été arrêté et emmené à Huntington, en Angleterre, et interné à Farm Hall, avec d'autres scientifiques soupçonnés d'être impliqués dans la recherche et le développement nucléaires.12

Pendant son incarcération, von Laue rappelait aux autres détenus qu'il était possible de survivre au règne nazi sans s'être "compromis"; cela l'a aliéné des autres personnes détenues.24 Au cours de son incarcération, von Laue a écrit un article sur l'absorption des rayons X dans les conditions d'interférence, qui a par la suite été publié dans Acta Crystallographica.12 Le 2 octobre 1945, von Laue, Otto Hahn et Werner Heisenberg rencontrent Henry Hallett Dale, président de la Royal Society, ainsi que d'autres membres de la Société. Là-bas, von Laue fut invité à assister à la réunion de la Royal Society du 9 novembre 1945 à la mémoire du physicien allemand Wilhelm Conrad Röntgen, qui découvrit les rayons X; les autorités militaires arrêtant von Laue n'ont toutefois pas donné l'autorisation.12

Institut Max Plank

Von Laue fut renvoyé en Allemagne au début de 1946. Il redevint directeur par intérim du KWIP, qui avait été transféré à Göttingen. C'est également en 1946 que la Kaiser-Wilhelm Gesellschaft a été renommée Max-Planck Gesellschaft. De même, l'Institut Kaiser-Wilhelm für Physik est devenu l'Institut Max-Planck für Physik. Von Laue est également devenu professeur adjoint à l'Université Georg-August de Göttingen. En plus de ses responsabilités administratives et pédagogiques, von Laue a écrit son livre sur la supraconductivité, Theorie der Supraleitunget a révisé ses livres sur la diffraction électronique, Materiewellen und ihre Interferenzenet le premier volume de son livre en deux volumes sur la relativité.12 257

En juillet 1946, von Laue rentre en Angleterre, quatre mois seulement après y avoir été interné, pour assister à une conférence internationale sur la cristallographie. C’était un honneur distinct, car il était le seul Allemand invité à y assister. L'officier britannique qui l'escorta le conduisit avec beaucoup de courtoisie et un célèbre cristallographe anglais comme hôte; von Laue fut même autorisé à se promener librement dans Londres.12

La tombe de Max von Laue à Göttingen.

Réorganisation de la science allemande

Après la guerre, il restait beaucoup à faire pour rétablir et organiser les activités scientifiques allemandes. Von Laue a joué plusieurs rôles clés. En 1946, von Laue commença la fondation de la Deutsche Physikalische Gesellschaft dans la seule zone britannique, le Conseil de contrôle allié ne permettant pas initialement aux organisations de franchir les limites de la zone d'occupation. Pendant la guerre, le Physikalisch-Technische Reichsanstalt avait été dispersé; von Laue, de 1946 à 1948, travailla à sa réunification dans trois zones et à sa localisation dans de nouvelles installations à Braunschweig. En outre, il prit un nouveau nom: Physikalisch-Technische Bundesanstalt, mais l'administration ne fut prise en charge par l'Allemagne qu'après la création de la Deutsche Bundesrepublik le 23 mai 1949. Vers 1948, le président de la American Physical Society demanda à von Laue rapport sur l'état de la physique en Allemagne; Le rapport de von Laue a été publié en 1949 dans la American Journal of Physics.26 En 1950, von Laue a participé à la création du Verband Deutsches Physikalischer Gesellschaften, anciennement affilié à la Nordwestdeutsch Physikalische Gesellschaft.12 277

Dernières années

En avril 1951, von Laue devint directeur de l'Institut Max-Planck de physique et de chimie jusqu'en 1959. En 1953, à la demande de von Laue, il fut renommé Institut Fritz Haber de physique et chimie. der Max-Planck Gesellschaft.12 28

Le 8 avril 1960, alors qu'il se rendait à son laboratoire, la voiture de von Laue a été heurtée par un motocycliste, qui avait reçu son permis de conduire seulement deux jours auparavant. Le cycliste a été tué et la voiture de von Laue a été renversée. Von Laue est décédé des suites de ses blessures seize jours plus tard, le 24 avril.6

Héritage

Von Laue a eu la sagesse de comprendre que les cristaux pouvaient être utilisés pour diffracter les rayons X de la même manière que les ondes lumineuses sont diffractées par des réseaux optiques. Cette simple observation, correctement étudiée, a conduit à l’ouverture du nouveau domaine de la cristallographie à rayons X. Les techniques mises au point par von Laue et perfectionnées par les Braggs ont conduit à d’importantes découvertes, telles que le démêlage de la structure hélicoïdale de l’acide désoxyribonucléique (ADN) dans les années 1950.

Von Laue a contribué à montrer par l'exemple que l'on peut exercer une influence positive sur un régime politique enclin à adopter des politiques destructrices, telles que celle de l'Allemagne hitlérienne dans les années 1930-1940. Le rôle de Von Laue dans l'opposition aux plans nazis de domination de la science allemande lui a permis une plus grande liberté que les autres scientifiques allemands pour poursuivre ses travaux après la Seconde Guerre mondiale.

Les organisations

  • 1919 - Membre correspondant de la Preußischen Akademie der Wissenschaften 8
  • 1921 - Membre régulier de la Preußischen Akademie der Wissenschaften 7
  • À partir de 1921 - Président de la commission de physique de la Notgemeinschaft der Deutschen Wissenschaft (renommée en 1937: Deutsche Gemeinschaft zur Erhaltung et Förderun der Forschung. Nommée plus tard qu'en 1945.) 29
  • À partir de 1922 - Membre du conseil d'administration de l'observatoire d'astrophysique de Potsdam7
  • 1925 - 1933 - Conseiller auprès du Physikalisch-Technische Reichsanstalt (Aujourd'hui: Physikalisch-Technische Bundesanstalt).7 Von Laue avait été limogé de son poste consultatif en 1933 par Johannes Stark, prix Nobel et président du Physikalisch-Technische Reichsanstalt, en rétribution de l'opposition ouverte de von Laue aux nazis en empêchant Stark de devenir membre régulier de la Preußische Akademie der Wissenschaften.
  • 1931 - 1933 - Président de la Deutsche Physikalische Gesellschaft7
  • Membres de l'Académie des sciences de Russie, de la Société Kant, de l'Académie des sciences de Vienne, de la Société américaine de physique, de la Société américaine de physique, de la Société française de physique et de la Société française de minéralogie et cristallographie.6
  • Membre correspondant des académies des sciences de Göttingen, Munich, Turin, Stockholm, Rome (pontificale), Madrid, de l'Academia dei Lincei de Rome et de la Société royale de Londres.6

Honneurs

Timbre
  • 1932 - Médaille Max-Planck de la Deutsche Physikalische Gesellschaft 6
  • 1952 - Chevalier de l'ordre pour le mérite6
  • 1953 - Grand Croix avec étoile pour services fédéraux6
  • 1957 - Officier de la Légion d'honneur de France6
  • 1959 - Médaille Helmholtz de l'Académie des sciences de Berlin-Est8
  • Médaille Landenburg6
  • Médaille d'or Bimala-Churn-Law de l'Association indienne à Calcutta6

Remarques

  1. ↑ B. L. van der Waerden (éd.), Sources de mécanique quantique (Dover, 1968), 1.
  2. ↑ Max Planck, Zur Theorie des Gesetzes der Energieverteilung im Normalspektrum, Verhandlungen der Deutschen Physikalische Gesellschaft 2 237-245 (1900), cité dans Hans Kango (éd.) Et traduit par D. ter Haar et Stephen G. Bush Les papiers originaux de Planck en physique quantique: Éditions allemande et anglaise (Taylor et Francis, 1972), p. 60.
  3. 3.0 3.1 Max von Laue - Projet de généalogie mathématique. Max von Laue, Ph.D., Universität Berlin, 1903, Titre de la thèse: Über die Interferenzerscheinungen an planparallelen Platten. Récupéré le 26 septembre 2016.
  4. ↑ Titre d'habilitation: "L'entrée de l'interférence entre Strahlenbündeln"
  5. ↑ Walker, 1995, 73.
  6. 6.00 6.01 6.02 6.03 6.04 6.05 6.06 6.07 6.08 6.09 6.10 6.11 6.12 6.13 Max von Laue - Biographie du prix Nobel. Récupéré le 26 septembre 2016.
  7. 7.0 7.1 7.2 7.3 7.4 7.5 7.6 7.7 7.8 7.9 Hentschel, 1996, annexe F, voir entrée de Max von Laue.
  8. 8.0 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 8.7 Biographie de Max von Laue - Deutsches Historisches Museum Berlin. Récupéré le 26 septembre 2016.
  9. ↑ Ewald 50 ans de diffraction des rayons X Chapitre 4, 37-42.
  10. ^ Jungnickel, volume 2, 1990, 284-285.
  11. ↑ Lanouette, 1992, 56-58.
  12. 12.0 12.1 12.2 12.3 12.4 12.5 12.6 12.7 12.8 Max von Laue, Mon développement en tant que physicien Récupéré le 26 septembre 2016.
  13. ↑ Walther Meißner, Max von Laue que Wissenschaftler und Mensch (Verl. D. Bayer. Akademie d. Wissenschaften, 1960) et (C.H. Beck Verlag, 1986).
  14. ↑ Hentschel, 1966, annexe F, voir les entrées pour von Laue et Debye.
  15. ↑ Hentschel, 1966, annexe A, voir les entrées pour KWG et KWIP.
  16. ↑ Max von Laue Naturwissenschaften 22 97 (1934).
  17. ↑ Hentschel, 1996, document n ° 29, 76-78: voir la note de bas de page n ° 3.
  18. ^ Hentsche, 1996, Document # 120, 400-402: Une lettre de Lise Meitner à Otto Hahn.
  19. ^ Walker, 1995, 65 - 122.
  20. ↑ Hentschel, 1966, annexe F, voir les entrées de Max von Laue, Johannes Stark et Fritz Haber.
  21. ↑ Hentschel, 1966, annexe A, voir l'entrée de la DFG.
  22. ↑ Heilbron, 1996, 159-162 et 167-168.
  23. ↑ Beyerchen, 1977, 64-69 et 208-209.
  24. ↑ Bernstein, 2001, p. 333-334.
  25. ↑ Hentschel, 1996, annexe A, voir les entrées sur KWG et KWIP.
  26. ↑ Max von Laue Rapport sur l'état de la physique en Allemagne, American Journal of Physics 17 (3) 137-141 (1949)
  27. ↑ Hentschel, 1996, annexe A, voir les entrées sur KWG et KWIP.
  28. ↑ Hentschel, 1996, annexe A, voir l'entrée sur KWIPC.
  29. ↑ Hentschel, 1966, annexe A, voir entrée pour GN.

Les références

  • Beyerchen, Alan D. Scientifiques sous Hitler: politique et physique dans le Troisième Reich. New Haven, CT: Yale University Press, 1977. ISBN 0300018304
  • Bernstein, Jeremy. Club d'uranium d'Hitler: les enregistrements secrets à Farm Hall. New York: Copernicus, 2001. ISBN 0387950893
  • Ewald, Paul Peter. Cinquante ans de diffraction aux rayons X dédiés à l'Union internationale de cristallographie à l'occasion de la réunion de commémoration à Munich, juillet 1962. Utrecht: publié pour l'Union internationale de cristallographie par Uitgeversmij de A. Oosthoek, 1962. ISBN 0738206938
  • Heilbron, J. L. Les dilemmes d'un homme intègre: Max Planck et les fortunes de la science allemande. Cambridge, MA: Harvard University Press, 2000. ISBN 0674004396
  • Hentschel, Klaus, rédacteur en chef et Ann M. Hentschel, adjointe à la rédaction et traductrice. Physique et national socialisme: une anthologie de sources primaires. Bâle: Birkhäuser, 1996. ISBN 0817653120
  • Herneck, Friedrich. Max von Laue. Leipzig: Teubner, 1979.
  • Jammer, Max. Le développement conceptuel de la mécanique quantique. New York: McGraw-Hill, 1966.
  • Jungnickel, Christa et Russell McCormmach. Maîtrise intellectuelle de la nature. Physique théorique d'Ohm à Einstein, Volume 2: La physique désormais puissante, 1870 à 1925. Presses de l'Université de Chicago, 1990. ISBN 0226415856
  • Lanouette, William et avec Bela Silard. Le génie dans l'ombre: biographie de Leó Szilárd, l'homme derrière la bombe. New York: Scribners, 1992. ISBN 0684190117
  • Mehra, Jagdish et Helmut Rechenberg. Le développement historique de la théorie quantique. Volume 1 Partie 1 La théorie quantique de Planck, Einstein, Bohr et Sommerfeld 1900 - 1925: ses fondements et la montée de ses difficultés. New York: Springer, 2001. ISBN 0387951741
  • Mehra, Jagdish et Helmut Rechenberg. Le développement historique de la théorie quantique. Volume 1 Partie 2 La théorie quantique de Planck, Einstein, Bohr et Sommerfeld 1900 - 1925: ses fondements et la montée de ses difficultés. New York: Springer, 2001. ISBN 038795175X
  • Rosenthal-Schneider, Ilse. Begegnungen mit Einstein, von Laue und Planck. Realität und wissenschaftliche Wahrheit. Braunschweig: Vieweg, 1988. ISBN 3528089709
  • Rosenthal-Schneider, Ilse. Réalité et vérité scientifique: discussions avec Einstein, von Laue et Planck. Wayne State University, 1980. ISBN 0814316506
  • van der Waerden, B.L. (éd.). Sources de mécanique quantique. Dover, 1968.
  • Walker, Mark H. Le socialisme allemand et la quête du nucléaire, 1939-1949. Cambridge, Royaume-Uni: Cambridge University Press, 1993. ISBN 0521438047
  • Walker, Mark H. Science nazie: mythe, vérité et bombe atomique allemande. New York: Plenum Press, 1995. ISBN 0306449412

Voir la vidéo: Laue experiment (Octobre 2021).

Pin
Send
Share
Send