Je veux tout savoir

Folklore et mythologie japonais

Pin
Send
Share
Send


Folklore japonais sont fortement influencés par les deux religions principales du Japon, le shinto et le bouddhisme. Mythologie japonaise est un système complexe de croyances qui englobe également les traditions shinto et bouddhiste ainsi que la religion populaire basée sur l'agriculture. Le panthéon Shinto compte à lui seul un nombre incalculable de kami (divinités ou esprits). Un aspect notable de la mythologie japonaise est qu'elle a fourni une histoire de création pour le Japon et a attribué les origines divines à la famille impériale japonaise, leur attribuant la divinité. Le mot japonais pour l'empereur du Japon, tennō (天皇), signifie "empereur céleste".

Le folklore japonais a été influencé par la littérature étrangère. Certaines histoires de l'Inde ancienne ont influé sur l'élaboration des histoires japonaises, bien que les thèmes indiens aient été considérablement modifiés et adaptés pour faire appel à la sensibilité des gens ordinaires du Japon. 12 Les histoires de singes du folklore japonais montrent l'influence des deux par l'épopée sanskrite Ramayana et le classique chinois "Le voyage vers l'Ouest.”.3 Les histoires mentionnées dans les contes bouddhistes de Jataka apparaissent sous une forme modifiée dans toute la collection japonaise d'histoires populaires.45

Folklore japonais

Un jeune Kintarō aux prises avec une carpe géante, dans une estampe de Yoshitoshi

.

Le folklore japonais implique souvent des personnages et des situations humoristiques ou bizarres, et comprend également un assortiment d'êtres surnaturels, tels que Bodhisattva, kami (dieux et esprits vénérés), yōkai (esprits-monstres) (comme oni, semblable aux démons, ogres et trolls occidentaux), kappa (河 童, "rivière-enfant", ou gatarō, 川 太郎, "river-boy", ou kawako, 川 子, "rivière-enfant", un type de sprite d'eau), et tengu (天狗, "chiens célestes"), yūrei (fantômes), des dragons japonais et des animaux aux pouvoirs surnaturels tels que kitsune (Renard), tanuki (chien viverrin), mujina (blaireau), et bakeneko (chat transformant).

Le folklore japonais est souvent divisé en plusieurs catégories: "mukashibanashi," (contes d'il y a longtemps); "namidabanashi,"(tristes histoires);"obakebanashi," (histoires de fantômes); "ongaeshibanashi,"(histoires de rembourser la gentillesse);"tonchibanashi,"(histoires pleines d'esprit);"waraibanashi,"(histoires drôles); et"yokubaribanashi,"(histoires de cupidité).

Au milieu du XXe siècle, les conteurs voyageaient souvent de ville en ville pour raconter ces histoires avec des illustrations sur papier spéciales appelées kamishibai.

Kintarō, le Golden Boy surhumain

Enfant d'une force surhumaine, Kintaro a été élevé par une ogresse de montagne sur le mont Ashigara. Il est devenu ami avec les animaux de la montagne, et plus tard, il est devenu Sakata no Kintoki, un guerrier et fidèle disciple de Minamoto no Yorimitsu. C'est une coutume japonaise de mettre une poupée Kintarō le jour de la fête des garçons, dans l'espoir que les fils de la famille deviendront tout aussi courageux et forts.

Momotarō, le oni-Playing Peach Boy

Son nom signifie littéralement Peach Tarō; comme Tarō est un nom de garçon japonais commun, il est souvent traduit par Peach Boy. Momotarō est également le titre de divers livres, films et autres œuvres qui dépeignent l'histoire de ce héros. Selon la forme actuelle du conte (datant de la période Edo), Momotarō est venu sur terre à l'intérieur d'une pêche géante, qui a été trouvée flottant sur une rivière par une vieille femme sans enfant qui y lavait des vêtements. La femme et son mari ont découvert l'enfant lorsqu'ils ont essayé d'ouvrir la pêche pour la manger. L'enfant a expliqué qu'il avait été envoyé par le ciel pour être leur fils. Le couple l'a nommé Momotarō, de momo (pêche) et tarō (fils aîné de la famille). Des années plus tard, Momotarō a quitté ses parents pour une île appelée "Onigashima" pour détruire les maraudeurs oni (démons ou ogres) qui y habitaient. En route, Momotarō a rencontré et s'est lié d'amitié avec un chien parlant, un singe et un faisan, qui a accepté de l'aider dans sa quête. Sur l'île, Momotarō et ses amis les animaux ont pénétré dans le fort des démons et ont battu le chef des démons, Ura, ainsi que son armée, à se rendre. Momotarō est rentré chez lui avec ses nouveaux amis, et sa famille a ensuite vécu confortablement.

Urashima Tarō, qui a visité le fond de la mer

Urashima Taro

Urashima Taro pêchait un jour quand il a repéré une tortue qui semblait avoir des ennuis. Urashima a gentiment sauvé la tortue, et je reviens, la tortue a emmené Urashima au Palais du Dragon, profondément sous l'eau. Là, Urashima a rencontré une charmante princesse et a passé quelques jours sous la mer (la magie des tortues lui avait donné des branchies). Cependant, il ne se rendait pas compte que le temps passé dans le palais du Dragon passait beaucoup plus lentement que sur terre, et que pendant ces quelques jours sous l'eau, trois cents ans s'étaient écoulés sur terre. Quand Urashima a voulu retourner sur la terre ferme, la princesse lui a donné une boîte contenant son âge réel, mais ne lui a pas dit ce qu'il y avait à l'intérieur. Elle lui a dit de ne jamais ouvrir la boîte. De retour chez lui, il a constaté que toute sa famille était décédée. Frappé de chagrin, il ouvrit la boîte, qui dégagea un nuage de fumée blanche, faisant vieillir et mourir Urashima.

Issun-Bōshi, le garçon d'un pouce

Un vieux couple vivait seul et sans enfant. La vieille femme souhaitait avoir un enfant, malgré sa vieillesse, même s'il ne mesurait qu'un pouce. Peu de temps après, le souhait de la vieille femme a été exaucé. Ils ont nommé l'enfant miniature Issun-bōshi ("Garçon d'un pouce"). L'enfant, bien qu'il soit incroyablement petit, a été bien traité par ses parents. Un jour, le garçon a réalisé qu'il ne grandirait jamais plus d'un pouce et est parti en voyage pour chercher sa place dans le monde. S'imaginant un samouraï miniature, Issun-bōshi a reçu une aiguille à coudre pour une épée, un bateau à riz et des baguettes pour les rames.

Il a descendu la rivière jusqu'à la ville, où il a demandé un emploi au gouvernement et s'est rendu au domicile d'un riche daimyo, dont la fille était une jolie princesse. Il était méprisé pour sa petite taille, mais a néanmoins été chargé d'accompagner la princesse en tant que camarade de jeu. Alors qu'ils voyageaient ensemble, ils ont été soudainement attaqués par un Oni (ou un ogre dans certaines traductions). Le garçon a vaincu ce démon à l'aide de son aiguille, et le Oni a laissé tomber son maillet magique de chance. En récompense de sa bravoure, la princesse a utilisé le pouvoir du maillet pour le faire grandir. Issun-bōshi et la princesse est restée des compagnes proches et s'est finalement mariée.

Bunbuku Chagama, la bouilloire qui change de forme

Bunbuku Chagama"Se traduit grosso modo par" le bonheur bouillonnant comme une théière ". L'histoire raconte un pauvre homme qui a trouvé un tanuki (chien viverrin) pris dans un piège. Se sentant désolé pour l'animal, il l'a libéré. Cette nuit-là, le tanuki est venu chez le pauvre pour le remercier de sa gentillesse. le tanuki s'est transformé en chagama et a dit à l'homme de le vendre pour de l'argent. L'homme a vendu la théière tanuki à un moine, qui l'a ramenée à la maison et, après l'avoir frottée durement, l'a placée au-dessus du feu pour faire bouillir de l'eau. Incapable de supporter la chaleur, la théière tanuki a germé les jambes et, à moitié transformée, s'est enfuie.

Le tanuki revint au pauvre avec une autre idée. L'homme mettait en place une `` attraction routière '' (une petite configuration de cirque) et facturait l'entrée pour que les gens voient une théière marcher sur une corde raide. Le plan a fonctionné et chacun a tiré quelque chose de bon de l'autre; l'homme n'était plus pauvre et le tanuki avait un nouvel ami et un nouveau foyer.

L'histoire de la méchante femme renard Tamamo-no-Mae

Shita-kiri Suzume, «Bruant à langue coupée»

L'histoire d'un vieil homme gentil, de sa femme avare et d'un moineau blessé. L'histoire explore les effets de la cupidité, de l'amitié et de la jalousie.

L'histoire du vengeur Kiyohime, devenu dragon.

Banchō Sarayashiki, l'histoire fantôme d'Okiku et des neuf assiettes.

Yotsuya Kaidan, l'histoire fantôme d'Oiwa

Kachi-kachi Yama

Kachi-kachi est une onomatopée du crépitement d'un feu, et yama signifie «montagne», la traduction grossière est «Fire-Crackle Mountain», l'un des rares contes japonais dans lesquels un tanuki (chien viverrin) est le méchant , et affronte un lapin héroïque.

Hanasaka Jiisan

L'histoire du vieil homme qui a fait fleurir les fleurs. Un vieux couple sans enfant aimait leur chien. Un jour, il a creusé dans le jardin et ils y ont trouvé une boîte de pièces d'or. Un voisin a pensé que le chien devait pouvoir trouver un trésor et s'est arrangé pour emprunter le chien. Quand il a creusé dans son jardin, le chien n'a découvert que des os et il l'a tué. Il a dit au couple que le chien venait de tomber mort. Ils ont pleuré et l'ont enterré sous le figuier où ils avaient trouvé le trésor. Une nuit, le maître du chien a rêvé que le chien lui avait dit de couper l'arbre et d'en faire un mortier et de piler du riz dans le mortier. Il a dit à sa femme, qui a dit qu'ils devaient faire ce que le chien avait demandé. Quand ils l'ont fait, le riz mis dans le mortier s'est transformé en or. Le voisin a emprunté le mortier, mais son riz s'est transformé en baies nauséabondes, et lui et sa femme ont brisé et brûlé le mortier.

Cette nuit-là, dans un rêve, le chien a dit à son maître de prendre les cendres et de les saupoudrer sur certains cerisiers. Quand il l'a fait, les cerisiers ont fleuri et le Daimyo (seigneur féodal), qui passait par là, s’émerveilla et lui fit de nombreux cadeaux. Le voisin a essayé de faire de même, mais ses cendres ont soufflé dans les yeux du Daimyo, alors il l'a jeté en prison; quand il a été libéré, son village ne le laisserait plus y vivre et il ne pouvait pas, avec ses manières méchantes, trouver un nouveau foyer.

L'histoire du coupeur de bambou

Un conte sur une mystérieuse jeune fille appelée Kaguya hime qui serait originaire de la capitale de la lune.

Mythologie japonaise

Les mythes japonais traditionnels, tels qu'ils sont généralement reconnus aujourd'hui, reposent Kojiki, Nihonshoki et quelques livres complémentaires. le Kojiki ou "Record of Ancient Things" est le plus ancien livre reconnu de mythes, légendes et histoire du Japon. le Shintoshu, (神道 集), un livre mythologique japonais sur les mythes shinto, explique les origines des divinités japonaises dans une perspective bouddhiste tandis que Hotsuma Tsutae (Hotuma Tsutaye ou Hotuma Tsutahe, 秀 真 伝) est une épopée élaborée de l'histoire mythique japonaise qui est sensiblement différente de la version grand public enregistrée dans le Kojiki et le Nihon Shoki ou Nihongi.

Remarque sur l'orthographe des noms propres

Les divinités de la mythologie japonaise ont plusieurs alias, et certains de leurs noms sont si longs qu'ils peuvent être fastidieux pour la majorité des lecteurs. Vous trouverez ci-dessous une liste des noms les plus importants et de leurs formes abrégées. D'autres formes abrégées sont également utilisées. Par exemple, Ninigi, ou Ame-Nigishikuni-Nigishiamatsuhiko-Hikono-no-Ninigi-no-Mikoto dans son intégralité, peut également être abrégé Hikoho-no-Ninigi ou Hono-Ninigi.

Les noms propres sont parfois écrits de manière historique. Dans cet article, souligné h, y, et w désignent des lettres silencieuses qui sont généralement omises de l'orthographe moderne. Cette convention de soulignement est particulière à cet article. D'autres syllabes sont modernisées comme suit (voir aussi la langue japonaise). Notez qu'un mélange de ces conventions est également souvent utilisé.

  • hu est modernisé comme fu.
  • zi et di sont modernisés comme ji. (la distinction a disparu)
  • zu et du sont modernisés comme dzu. (la distinction a disparu)
  • oo est modernisé comme o ou Oh.
Par exemple, diverses orthographes de Ohonamudi comprendre Ohonamuji, Oonamuji, Ohnamuji, et d'autres.

Pour des raisons historiques, k, s, t, et h sont parfois confondus avec g, z, ré, et b respectivement.

Par exemple, diverses orthographes de Ohonamudi comprennent également Ohonamuti et Ohonamuchi

Mythe de la création

Les premiers dieux ont convoqué deux êtres divins, le mâle Izanagi et la femelle Izanami, et les a chargés de créer la première terre. Pour les aider à le faire, Izanagi et Izanami ont reçu une hallebarde décorée de bijoux, nommée Amanonuhoko (Hallebarde céleste du marais). Les deux divinités sont ensuite allées au pont entre le ciel et la terre, Amenoukihashi (Pont flottant du ciel) et barattait la mer en dessous avec la hallebarde. Lorsque des gouttes d'eau salée sont tombées de la hallebarde, elles se sont formées dans l'île Onogoro (auto-formation). Izanagi et Izanami descendu du pont du ciel et fait leur maison sur l'île. Finalement, ils ont voulu s'accoupler, alors ils ont construit un pilier appelé Amenomihashira autour duquel ils ont construit un palais appelé Yahirodono (la salle dont la superficie est de huit bras au carré). Izanagi et Izanami encerclé le pilier dans des directions opposées, et quand ils se sont rencontrés de l'autre côté Izanami, la divinité féminine, a parlé en premier pour saluer. Izanagi ne pensaient pas que c'était approprié, mais ils se sont quand même accouplés. Ils ont eu deux enfants, Hiruko (enfant larmoyant, Ebisu, (恵比須, 恵比寿, 夷, 戎, Yebisu,) ou Kotoshiro-nushi-no-kami, (事 代 主 神), le dieu japonais des pêcheurs, bonne chance et ouvriers, ainsi que le gardien de la santé des petits enfants et le seul des Sept Dieux de la Fortune (七 福神, Shichifukujin) originaire du Japon; et Awashima (île pâle) mais ils étaient mal formés et ne sont pas considérés comme des divinités.

Ils ont mis les enfants dans un bateau et les ont mis en mer, puis ont demandé aux autres dieux une réponse sur ce qu'ils avaient fait de mal. On leur a dit que la divinité masculine aurait dû parler d'abord en guise de salutation pendant la cérémonie. Alors Izanagi et Izanami fait le tour du pilier, et cette fois-ci, quand ils se sont rencontrés Izanagi ont parlé en premier et leur union a réussi.

De leur union est née la Ōyashima, ou les huit grandes îles du Japon:

  • Awazi
  • Iyo (plus tard Shikoku)
  • Ogi
  • Tsukusi (plus tard Kyūshū)
  • Iki
  • Tsushima
  • Sado
  • Yamato (plus tard Honshū)
Notez que Hokkaidō, Chishima et Okinawa ne faisaient pas partie du Japon dans les temps anciens.

Ils portaient six autres îles et de nombreuses divinités. Izanami, cependant, est décédé en donnant naissance à l'enfant Kagututi (incarnation du feu) ou Ho-Masubi (cause d'un incendie). Elle a ensuite été enterrée sur le mont Hiba, à la frontière des anciennes provinces d'Izumo et de Hoki, près de l'actuelle Yasugi de la préfecture de Shimane. En colère, Izanagi tué Kagututi. Sa mort a également créé des dizaines de divinités.

Les dieux nés de Izanagi et Izanami symbolisent des aspects importants de la nature et de la culture, mais ils sont trop nombreux pour être mentionnés ici.

Yomi, la Terre des Ténèbres des Morts

Izanagi déploré la mort de Izanami et a entrepris un voyage vers Yomi ou "la terre sombre des morts". Izanagi trouvé peu de différence entre Yomi et la terre d'en haut, à l'exception des ténèbres éternelles. Cependant, cette obscurité suffocante était suffisante pour lui faire mal pour la lumière et la vie ci-dessus. Rapidement, il chercha Izanami et je l'ai trouvée. En premier, Izanagi ne pouvait pas la voir du tout car les ombres cachaient bien son apparence. Néanmoins, il lui a demandé de revenir avec lui. Izanami lui cracha dessus, informant Izanagi qu'il était trop tard. Elle avait déjà mangé la nourriture des enfers et ne faisait plus qu'un avec la terre des morts. Elle ne pouvait plus revenir à la surface avec les vivants.

Izanagi a été choqué par cette nouvelle, mais il a refusé de céder à ses souhaits et de la laisser à l'étreinte sombre de Yomi. Izanami a accepté de retourner dans le monde ci-dessus, mais a d'abord demandé un peu de temps pour se reposer et a Izanagi ne pas entrer dans sa chambre. Après une longue attente, quand Izanami n'est pas sortie de sa chambre, Izanagi était inquiet. Tandis que Izanami dormait, il prit le peigne qui liait ses longs cheveux et l'alluma comme une torche. Sous l'éclat soudain de la lumière, il a vu la forme horrible de la fois belle et gracieuse Izanami. Elle était maintenant une forme de chair pourrie avec des asticots et des créatures immondes qui couraient sur son corps ravagé.

Pleurant fort, Izanagi ne pouvait plus contrôler sa peur et a commencé à courir, avec l'intention de retourner vivre et d'abandonner sa femme morte. Izanami se réveilla en hurlant et indigné et le poursuivit. Sauvage shikome, ou les femmes immondes, également chassées pour les Izanagi, instruit par Izanami pour le ramener.

Izanagi, pensant rapidement, jeta sa coiffure qui devint une grappe de raisin noir. le shikome est tombé sur ces derniers mais a poursuivi la poursuite. Prochain, Izanagi a jeté son peigne qui est devenu une touffe de pousses de bambou. Maintenant c'était Yomi's créatures qui ont commencé à courir après, mais Izanagi uriné contre un arbre, créant une grande rivière qui augmenta son avance. Malheureusement, ils ont poursuivi Izanagi, le forçant à leur lancer des pêches. Il savait que cela ne les retarderait pas longtemps, mais il était presque libre, car la frontière de Yomi était maintenant à portée de main.

Izanagi a éclaté hors de l'entrée et a rapidement poussé un rocher dans l'embouchure de la caverne qui était l'entrée de Yomi. Izanami cria derrière cette barricade impénétrable et dit Izanagi que s'il la quittait, elle détruirait chaque jour 1 000 personnes vivantes. Il a répondu furieusement qu'il donnerait la vie à 1 500.

Et ainsi a commencé l'existence de la mort, causée par les mains des fiers Izanami, l'épouse abandonnée de Izanagi.

Soleil, lune et mer

Comme on pouvait s'y attendre, Izanagi a continué à se purifier après avoir récupéré de sa descente à Yomi. Alors qu'il se déshabillait et enlevait les ornements de son corps, chaque élément qu'il laissait tomber au sol formait une divinité. Encore plus de dieux ont vu le jour quand il est allé à l'eau pour se laver. Les plus importants ont été créés une fois qu'il s'est lavé le visage:

  • Amaterasu (incarnation du soleil) de son œil gauche,
  • Tsukuyomi (incarnation de la lune) de son œil droit, et
  • Susanoo (incarnation des tempêtes et maître de la mer) de son nez.

Izanagi divisé le monde entre eux, avec Amaterasu héritant du ciel, Tsukuyomi prendre le contrôle de la nuit et de la lune et du dieu de la tempête Susanoo posséder les mers. Dans certaines versions du mythe, Susanoo régit non seulement les mers, mais aussi tous les éléments d'une tempête, y compris la neige et la grêle.

Amaterasu et Susanoo

Amaterasu, la puissante déesse du soleil du Japon, est la divinité la plus connue de la mythologie japonaise. Sa rivalité avec son frère incontrôlable Susanoo, est tout aussi tristement célèbre et apparaît dans plusieurs contes. Une histoire raconte le comportement méchant de Susanoo envers Izanagi. Izanagi, fatigué des plaintes répétées de Susanoo, l'a banni pour Yomi. Susanoo à contrecœur, mais a dû d'abord s'occuper de certaines affaires inachevées. Il est allé à Takamagahara (le ciel, 高 天 原, la demeure du Kami, censé être connecté à la Terre par le pont Ama-no uki-hashi, le "Pont flottant du ciel".) pour faire ses adieux à sa sœur, Amaterasu. Amaterasu savait que son frère imprévisible n'avait pas de bonnes intentions et se préparait au combat. "Dans quel but venez-vous ici?" a demandé Amaterasu. "Pour dire adieu," répondit Susanoo.

Mais elle ne le croyait pas et a demandé un concours comme preuve de sa bonne foi. Un défi a été posé quant à savoir qui pourrait produire des enfants plus nobles et plus divins. Amaterasu a fait trois femmes de Susanoo's épée, tandis que Susanoo a fait cinq hommes de Amaterasu's chaîne d'ornement. Amaterasu a réclamé le titre aux cinq hommes fabriqués à partir de ses biens, et par conséquent, les trois femmes ont été attribuées à Susanoo.

Torii au sanctuaire Ama-no-Iwato, Takachiho, préfecture de Miyazaki

Les deux dieux se sont déclarés victorieux. Amaterasu's l'insistance sur sa victoire a conduit Susanoo à des campagnes violentes qui ont atteint leur apogée quand il a lancé un poney à moitié écorché, un animal sacré pour Amaterasu, dans Amatarasu's salle de tissage, provoquant la mort d'une de ses assistantes. Amaterasu s'enfuit et se cacha dans la grotte appelée Iwayado. Alors que la déesse du soleil disparaissait dans la grotte, l'obscurité a recouvert le monde.

Tous les dieux et déesses à leur tour se sont efforcés de cajoler Amaterasu hors de la grotte, mais elle les ignora tous. Finalement, le "kami"De gaieté, Ama-no-Uzume, élaboré un plan. Elle a placé un grand miroir en bronze sur un arbre, face à Amaterasu's la grotte. ensuite Uzume elle s'habilla de fleurs et de feuilles, renversa un lavabo et se mit à danser dessus, tambourinant la baignoire avec ses pieds. Finalement, Uzume jeté les feuilles et les fleurs et dansé nu. Tous les dieux mâles ont éclaté de rire, et Amaterasu est devenu curieux. Quand elle a jeté un coup d'œil à l'extérieur de son long séjour dans l'obscurité, un rayon de lumière appelé "aube" s'est échappé et Amaterasu a été éblouie par son propre reflet dans le miroir. Le Dieu Ameno-Tajikarawo l'a tiré de la grotte et il a été scellé avec un saint shirukume corde. Entouré de gaieté, Amaterasu's la dépression a disparu et elle a accepté de rendre sa lumière au monde. Uzume était désormais connu sous le nom de kami de l'aube ainsi que de la gaieté.

Susanoo et Orochi

Susanoo, exilé du ciel, est venu dans la province d'Izumo (qui fait maintenant partie de la préfecture de Shimane). Il ne tarda pas à rencontrer un vieil homme et sa femme sanglotant à côté de leur fille. Le vieux couple a expliqué qu'ils avaient à l'origine huit filles qui ont été dévorées, une par une chaque année, par le dragon nommé Yamata-no-orochi ("Serpent à huit fourchettes", qui proviendrait de la région de Kosi-maintenant Hokuriku). Le terrible dragon avait huit têtes et huit queues, s'étendait sur huit collines et aurait les yeux rouges comme du bon vin. Kusinada ou Kushinada-Hime (princesse rizière) était la dernière des huit filles.

Susanoo, qui a su tout de suite la relation du vieux couple avec la déesse du soleil Amaterasu, offert son aide en échange de la main de leur belle fille en mariage. Les parents ont accepté et Susanoo transformé Kushinada dans un peigne et l'a cachée en toute sécurité dans ses cheveux. Il a également commandé une grande barrière en forme de clôture construite autour de la maison, huit portes ouvertes dans la clôture, huit tables placées à chaque porte, huit tonneaux placés sur chaque table et les tonneaux remplis de vin de riz brassé huit fois.

Orochi est arrivé et a trouvé son chemin bloqué; après s'être vanté de ses prouesses, il a constaté qu'il ne pouvait pas franchir la barrière. Son odorat aiguisé a pris dans le saké - qui Orochi aimé - et les huit têtes avaient un dilemme. Ils voulaient boire le délicieux saké qui les appelait, mais la barrière leur faisait obstacle, bloquant toute méthode pour y accéder. Une tête a d'abord suggéré de simplement casser la barrière… mais cela renverserait le saké et le gaspillerait. Un autre a proposé de combiner leur souffle ardent et de brûler la clôture en cendres, mais le saké s'évaporerait. Les têtes ont commencé à chercher une ouverture et ont trouvé les écoutilles. Désireux pour le plaisir, ils étaient désireux de passer la tête à travers et de le boire. Le huitième chef, qui était le plus sage, a averti ses frères de la folie d'une telle chose et s'est porté volontaire pour passer le premier afin de s'assurer que tout allait bien. Susanoo a attendu sa chance, laissant la tête boire du saké en toute sécurité et signalant aux autres qu'il n'y avait pas de danger. Les huit têtes plongèrent chacune dans une porte et but goulûment jusqu'à la dernière goutte de saké dans les fûts.

Alors que les têtes finissaient de boire, Susanoo a lancé son attaque sur Orochi. Ivre de consommer autant de saké, le grand serpent n'était pas à la hauteur du sprint Susanoo, qui décapita tour à tour chaque tête et tua Orochi. Une rivière voisine serait devenue rouge avec le sang du serpent vaincu. Comme Susanoo couper le dragon en morceaux, il a trouvé une excellente épée de la queue du dragon que son épée n'avait pas pu couper. L'épée a ensuite été présentée à Amaterasu et nommé Ame no Murakumo no Tsurugi (appelé plus tard Kusanagi). Cette épée devait figurer en bonne place dans de nombreux autres contes.

Prince Ōnamuji

Ōnamuji (大 国 主, "Great Land Master", également connu sous le nom Ōkuninushi) était un descendant de Susanoo. Il était à l'origine le chef de la province d'Izumo, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par Ninigi. En contrepartie, il a été nommé souverain du monde invisible des esprits et de la magie. On pense qu'il est un dieu de l'édification de la nation, de l'agriculture, des affaires et de la médecine. Avec ses nombreux frères, il a concouru pour la main de la princesse Yakami d'Inaba. En voyageant d'Izumo à Inaba pour la courtiser, les frères ont rencontré un lapin à peau allongé sur une plage. Voyant cela, ils ont dit au lapin de se baigner dans la mer et de sécher au vent sur une haute montagne. Le lapin les croyait et souffrait ainsi d'agonie. Ōnamuji, qui traînait derrière ses frères, est venu et a vu le lapin dans la douleur et a ordonné au lapin de se baigner dans de l'eau douce et d'être recouvert de poudre de "gama"(quenouille) fleur. Le lapin guéri, qui était en réalité une divinité, a informé Ōnamuji c'est lui qui épouserait la princesse Yakami.

Les procès de Ōnamuji étaient nombreux et il est mort deux fois aux mains de ses frères jaloux. Chaque fois qu'il a été sauvé par sa mère Kusanda-hime. Poursuivi par ses ennemis, il s'est aventuré dans le royaume de Susanoo où il a rencontré la fille du dieu vengeur, Suseri-hime. Le rusé Susanoo testé Ōnamuji plusieurs fois mais à la fin, Susanoo approuva le jeune garçon et prédit sa victoire contre ses frères.

Bien que la tradition Yamato attribue la création des îles japonaises à Izanagi et Izanami, la tradition Izumo revendique Ōnamuji, avec un dieu nain appelé Sukunabiko, contribué à ou du moins achevé la création des îles du Japon.

Installation

Amaterasu ordonna son petit-fils Ninigi (Ninigi no Mikoto, 瓊瓊 杵 尊), le fils de Ame no Oshihomimi no Mikoto et arrière-grand-père de l'empereur Jimmu, pour régner sur le sol et planter du riz, et lui a donné la Trois trésors sacrés:

  • le collier magatama de Magatama # Yasakani no Magatama | Yasakani no magatama (maintenant situé dans le palais impérial de Kokyo);
  • le miroir de bronze de Yata no kagami (maintenant dans le Grand Sanctuaire d'Ise); et
  • l'épée Kusanagi (dont une réplique possible se trouve maintenant au sanctuaire d'Atsuta, Nagoya).

Les deux premiers ont été faits pour attirer Amaterasu hors de Amano-Iwato. Le dernier a été trouvé dans la queue d'Orochi, un dragon à huit têtes. De ces trois, le miroir est le gage de Amaterasu. Les trois constituent ensemble Regalia impériale du Japon.

Ninigi et sa compagnie est descendue sur terre et est venue Himuka, il y fonda son palais.

Prospérité et éternité

Ninigi a rencontré la princesse Konohana-sakuya (symbole des fleurs), la fille de Yamatumi (maître des montagnes), et ils sont tombés amoureux. Ninigi a demandé Yamatumi pour la main de sa fille. Le père était ravi et a offert à ses deux filles, Iwanaga (symbole des rochers) et Sakuya (symbole des fleurs). Mais Ninigi marié seulement Sakuya et a refusé Iwanaga.

Yamatumi dit avec regret, "Iwanaga est béni avec l'éternité et Sakuya avec prospérité; parce que tu as refusé Iwanaga, votre vie sera brève à partir de maintenant. "Pour cette raison, Ninigi et ses descendants devinrent mortels.

Sakuya conçu par une nuit et Ninigi la doutait. Pour prouver la légitimité de ses enfants, Sakuya juré par sa chance et a pris une chance; elle a mis le feu à sa chambre alors qu'elle avait donné naissance à ses trois bébés. Par ça, Ninigi connaissait sa chasteté. Les noms des enfants étaient Hoderi, Hosuseri, et Howori.

Flux et reflux

Hoderi vécu en pêchant en mer pendant que son frère Howorivécu en chassant dans les montagnes. Un jour, Hooori a demandé à son frère de changer de place pendant une journée. Hooori il a essayé de pêcher, mais il n'a pas pu attraper de poisson, et pire encore, il a perdu l'hameçon qu'il avait emprunté à son frère. Hoderi a accusé sans relâche son frère et n'a pas accepté les excuses de son frère.

Tandis que Hooori était assis sur une plage, profondément perplexe, Shihotuti lui a dit de monter sur un navire appelé Manasikatuma et aller partout où le courant est allé. Suite à ce conseil, Hooori atteint la maison de Watatumi (Master of Seas), où il s'est marié Toyotama, la fille de Watatumi. Après trois ans de mariage, il se souvient de son frère et de son hameçon et raconte Watatumi à propos de ça.

Watatumi trouva bientôt l'hameçon dans la gorge d'une brème et le tendit à Hooori. Watatumi lui a également donné deux boules magiques, Sihomitutama, ce qui pourrait provoquer une inondation, et Sihohirutama, ce qui pourrait provoquer un reflux, et l'envoya, avec son épouse, atterrir.

Comme Toyotama accouchait, elle a demandé Hooori de ne pas regarder sa livraison. cependant, Hooori, rempli de curiosité, regarda à l'intérieur et la vit se transformer en requin au moment où son fils, Ugaya, est né. Conscient de ça, Toyotama disparu dans la mer et ne revint pas, mais elle confia sa sœur Tamayori avec son désir ardent Hooori.

Ugaya épousa sa tante Tamayori et a eu cinq enfants, dont Ituse et Yamatobiko.

Premier empereur

Le premier empereur légendaire du Japon fut Iwarebiko, posthume connu sous le nom d '«empereur Jimmu», qui a établi le trône en 660 avant notre ère. Son pedigree est résumé comme suit.

  • Iwarebiko est un fils de Ugaya et Tamayori.
  • Ugaya est un fils de Howori et Toyotama.
  • Howori est un fils de Ninigi et Sakuya.
  • Ninigi est un fils d'Osihomimi et Akidusi.
  • Osihomimi est né d'un ornement de Amaterasu.
  • Amaterasu est né de l'œil gauche de Izanagi.
  • Izanagi est né de son plein gré.

Conquête de l'Est

Yamato Takeru subjugue Kumaso Takeru.

Prince Yamatotakeru, à l'origine Prince Ousu était un prince légendaire de la dynastie Yamato, fils de Keikō de Yamato, le douzième légendaire Tenno ou empereur du Japon. L'histoire tragique de cette figure impressionnante est racontée dans les chroniques japonaises Kojiki et Nihon Shoki. Un de ses fils est devenu plus tard empereur Chuai, le quatorzième empereur du Japon. Son existence historique est incertaine. Les détails sont différents entre les deux livres et la version en Kojiki est supposé être fidèle à l'ancienne forme de cette légende. Le prince Ousu a tué son frère aîné Ōusu, et son père, l'empereur Keikō, craint son tempérament brutal. Le père a comploté pour que son fils meure au combat en l'envoyant dans la province d'Izumo (aujourd'hui la partie orientale de la préfecture de Shimane) et la terre de Kumaso, aujourd'hui préfecture de Kumamoto. Mais Ousu réussi à vaincre ses ennemis, dans ce dernier cas en s'habillant en servante

Voir la vidéo: Kitsune, Le renard dans le folklore du Japon Mythologie Japonaise (Octobre 2021).

Pin
Send
Share
Send